Ce qui est précieux.

Publié le par Blondin.

 

 

A l’heure où la BD Franco-belge commence à plonger dans le commercial et à virer plus que régulièrement au grand n’importe quoi (BDs sur la star ac, sur Fort Boyard et cie…), au moment où cet art remarquable se trouve être sur une pente sablonneuse, il en va malgré tout de exceptions grandioses qui, tel des fleurs magnifiques poussant au milieu de la fange, émergent et illuminent tout le reste, redorant le blason de la nature auquel elles appartiennent.

 

Le troisième tome du combat ordinaire de Manu Larcenet en est un parfait exemple.

 

 Depuis quelques moi j’attendais avec la plus grande impatience la suite de cette série à la fois simple, poétique, mélancolique, nostalgique, heureuse et tragique. Et mardi dernier j’ai enfin pu me délecter de cette merveille artistique et scénaristique.

J’ai découvert les œuvres de Manu avec Bill Baroud en 1998 (Deux ans après ses débuts chez Fluide avec son premier album Soyons fou -tome 1- ) et depuis je suis tombé amoureux de son travail comme on dit, cela fait 8 ans déjà… comme le temps passe.

 

 En huit ans on a le temps de voir évoluer le travail d’un artiste surtout quand il devient au fil du temps votre auteur préféré. Le travail et le graphisme de Mr Larcenet à considérablement évolué, muté… passant par de nombreux genres, la BD d’humour, les récits autobiographiques, et plus récemment avec des récits simples sur les valeurs de la vie comme il est questions dans la série du Combat ordinaire.

 

Le graphisme à évolué également, passant d’un graphisme travaillé et bourré de détails dans ses premiers livres, il est arrivé aujourd’hui à un graphisme beaucoup plus simple mais paradoxalement beaucoup plus efficace, comme quoi ce que j’ai toujours prétendu est vrai, rien ne sert de dessiner comme un Dieu en BD si l’histoire et l’action ne suivent pas et si aucune émotion n’est véhiculé par le dessin. L’essentiel est d’arrivé à un résultat vrai qui touchera le lecteur et ça Larcenet y arrive magistralement, son style c’est assagit à mûri et est devenu beau, chargé d’une force et d’émotions simples et vrais ; tout ce que j’aime et recherche en BD en somme.

 

 Le troisième volet de la tranche de vie de Marco est marqué par la disparition récente de son père, par son incompréhension face aux besoins maternels d’Emilie, de ses angoisses et de son besoin de connaître le passé de son père.

 

Ce livre est un livre rare, rare par la tendresse qui s’en dégage, rare par l’histoire bouleversante et vrai qu’elle raconte, rare car il est marquant. Il vous prend à la gorge et vous remue les tripes. Ce troisième tome est un bijou, je le considère comme le plus abouti de la série à ce jour et l’édition avec DVD (que je me suis empressé de prendre sans hésiter) apporte un plus énorme. On y apprend pour qui est dédicacé le livre, qui est représenté sur le portrait ornant la 4eme de couverture du tome 2, comment s’est acheminée l’évolution de la création de ce tome 3… et dans les bonus, quelles sont les bonnes mousses à manger sur les rochers, qu’il ne faut pas laisser traîner l’ajax vitre n’importe où et que les caméras embarquées sur les fagots de bois ça ne donne pas un cadrage intéressant.

 

Bref je vais désormais conclure cet article en évoquant le sous titre de l’album, Ce qui est précieux et qui résume à lui seul le message présenté dans cette série, montrer ce qui est vraiment précieux dans la vie, ces petits moments rares parfois emplis de joies et de peines mais qui accumulés forment un petit trésor en chacun de nous. Votre œuvre est précieuse Mr Larcenet, précieuse par ses idées, son sens et ses valeurs, merci à vous de nous faire rêver à travers vos livres. J’espère un jour pouvoir croiser votre route et pouvoir discuter un brin avec vous, et peut être un jour avec de la chance pouvoir suivre votre traces dans le monde de la BD.

 

 Merci.

 

En tout cas vous qui me lisez je vous invite à faire connaissance avec la série Le combat ordinaire (3 tomes parus à ce jour) de Manu Larcenet aux éditions dargaud. Et pour les connaisseur, n’attendez pas et foncer lire ce chef d’œuvre unique qui à mes yeux est l’une et peut être même bien la meilleur des œuvres actuelles en BD.

 

 

 

Publié dans Actualités.

Commenter cet article

Cocci 18/03/2006 16:47

Ayé, je l'ai lu, il est superbe ^^

Proemetus 18/03/2006 14:55

Si tu veux parler de bd franco/belge qui vire au nimporte quoi, faut citer avant tout le nouvel Asterix, qui mérite plus que bien l'etiquette "nimporte quoi".Parce que si uderzo creve avant d'en faire un autre mieu, ca fait mal pour finir sa cariere ...

Blondin 17/03/2006 18:54

ah yes merci de l'info Bidouillle

bidouille 17/03/2006 18:13

Il passera demain matin (18) sur France Inter !

bidouille 17/03/2006 18:11

Il passera en interview ce samedi 18 mars sur france Inter